L'univers du sculpteur Yves Varanguin

Yves Varanguin,
sculpteur de nos racines imaginaires

Coordonnées

Mailly-la-Ville

Lachez prise et voyagez

Des âmes bienveillantes vous écoutent


Nombreux sont les esprits qui vagabondent dans les forêts du Morvan. La peur ou la noirceur de nos pensées nous laissent imaginer des formes lugubres et inquiétantes.

Aux portes de cet univers fantasmagorique, des âmes se sont emparées d’un sculpteur capable de percer l’imaginaire. Il nous révèle le visage de ces esprits et nous rassure. En effet, de ses lutins, se dégagent une douceur et une bienveillance lorsqu’on prend le temps de les écouter.

Yves Varanguin travaille avec force et douceur du matin jusqu’au soir, sous l’œil de ces êtres d’un autre monde. Et lorsque le visiteur s’arrête en contrebas de la tanière du sculpteur, La vigie n’en perd pas une miette. Les esprits logés dans les formes de bois se mettent en éveil, restant attentifs et protecteurs de celui qui dévoile leur existence.

Loin des humains,

Yves Varanguin sait revenir parmi nous


Si vous vous montrez ouverts et respectueux, peu à peu, le sculpteur glisse de son pays imaginaire vers une communication intime et profonde. Il se dit maladroit à échanger des mots mais, plus il insiste sur ce point, plus il vous apparaît comme un être doux et sensible. Une caresse que l’on retrouve dans ses œuvres.

Les Sénons (ci-dessous) souvent présentés comme un peuple barbare et conquérant s’offrent au public sous leur meilleur jour, révélant la dimension familiale de ces celtes nomades mais aussi leurs talents de créateurs de bijoux et de dresseurs de chevaux.

Par cette sculpture en cours, Yves Varanguin va donner à la ville de Saint-Denis-les-Sens, un lien matériel avec son passé historique, celui d’une communauté celte bâtie dans le sillage d’un peuple, certes conquérant, mais aussi riche de sa propre culture colportée sur notre territoire au fil des gênes de ses habitants.

Si l’univers du sculpteur vous paraît angélique, prenez le temps de faire une pause à Mailly-la-ville avant de traverser la forêt du Morvan et de mieux écouter ces esprits bienveillants.

Merci à Yves Varanguin de nous sortir du monde virtuel
pour nous connecter à nos racines imaginaires.


Cliquez sur une photo ci-dessous pour l’agrandir et glissez sur les suivantes à l’aide des flèches de votre éventuel clavier.

Si vous aimez les mondes imaginaires, prenez le temps de voyager sur
cette page consacrée au Festival des Arts imaginaires en lien ici

5 Commentaires

  1. Saltusien

    Pourquoi l’imaginaire ?
    Ce sont un peu nos gargouilles et compagnie qui descendent sur terre
    où alors on peut dire que c’est notre imaginaire qui descend sur terre

    C’est très beau comme réel

    Réponse
  2. Yves Varanguin

    Bonjour,
    Merci à vous pour ce merveilleux reportage.
    Quelle délicatesse dans vos photos et votre texte.
    Je redécouvre mon univers si bien ressenti.
    Cordialement

    Réponse
    • bUrban

      Yves bonjour,
      Merci pour votre message délicieux, à votre image.
      Une rencontre un peu rapide de mon fait, mais un moment suspendu.
      Je suis heureux de vous avoir retourné un peu de plaisir par ce travail.

      S’il prenait à quelqu’un, l’envie de minimiser votre art ou votre personne, vous seriez d’évidence, autorisé à ne pas tenir compte de ce point de vue inapproprié.
      En effet la forte fréquentation de votre page et les nombreux retours sont, pour nous, de jolis témoignages de reconnaissance.
      Merci d’avoir accepté ce partage avec les icaunais de cœur !

      Je serais touché que vous preniez le temps de m’appeler quand êtes appelé sur un événement dans l’Yonne.
      Une occasion de partager votre art mais également l’occasion de vous retrouver et de poursuivre nos échanges.
      Parfaite considération.

      Réponse
    • Tassignon

      Merveilleux reportage!!!
      Bisous (Elodie la boulangère)

      Réponse
      • Dupuis Brigitte

        Bonjour Yves, tout est dit dans ce magnifique reportage. Tout ce que tu sculptes est merveilleux et de rentrer dans ton atelier est un échappatoire à la réalité. Un peu de féerie fait beaucoup de bien.
        Merci de nous faire partager ton talent. Bises
        Brigitte (factrice)

        Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Partagez sur