Le Baron Haussmann, préfet de l’Yonne au service de Paris

En 1852, Napoléon III devient le nouvel empereur des Français et charge un ancien Préfet de l’Yonne de moderniser Paris. Le fonctionnaire, un certain Baron Haussmann, décide d’enrayer les épidémies. Il fait bâtir des ouvrages d’Art remarquables qui achemine l’eau potable à la capitale. En 1854, François COGNET fait breveter un béton aggloméré de mâchefer. Il deviendra le bâtisseur de l’aqueduc de la Vanne de 1866 à 1874.

Et non, l’aqueduc de la Vanne n’est pas un ouvrage romain !

On est loin du pont du Gard en effet. L’ambition du baron Haussmann est de profiter des réserves d’eau de source icaunaises. Au service du projet, une dénivellation positive entre le nord de l’Yonne et le réservoir du parc de Montsouris.  Un passage de 113 mètres à  68 mètres d’altitude sur un parcours de 156 kms pour un débit de 1,678 mètres cubes par seconde (débit maximal de 145 000 m3 par jour). L’ingénieur en Chef est Eugène Belgrand. Il est apprécié par le Baron qui le choisit pour superviser le projet. Il faut dire que le technicien dispose de toutes les compétences. Ancien polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, il a rédigé des ouvrages et mémoires sur la géologie et l’eau. Par ailleurs, il a mis à profit ses compétences au bénéfice d’Avallon dont il était l’ingénieur.

Malgré la dénivellation naturelle, l’acheminement des eaux depuis les sources basses passe par trois pompes de relevage situées à Malay-le-Petit, Chigy et Theil-sur-Vanne. Un article remarquable nous révèle qu’il faut 72 heures à l’eau de chez nous pour arriver dans le réservoir francilien de 200 000 m3.    

Un changement de civilisation

En amenant l’eau potable à Paris, les épidémies de Choléra et de typhoïde sont enrayées et l’hygiène devient accessible à tous. Au-delà de l’aqueduc de la Vanne, Eugène Belgrand a supervisé un total de 600 kms d’aqueducs de 1865 à 1900, les travaux ayant été interrompus pendant la guerre de 1870. Les eaux de Province sont acheminées dans 7 grands réservoirs en proximité de Paris. Au fil du parcours, elles sont légèrement chlorées. Mais nos eaux ne souffrent pas de traitements lourds impératifs pour les prélèvements en eaux de rivières.

L'eau est acheminée par des tuyaux en fonte d'1,10 mètre de diamètre

Pin It on Pinterest

Partagez sur
X