La légende du Prince noyé

En cette vallée de Dixmont se trouvait une fontaine selon les uns, un lac sans fonds, selon les autres. Le fils d’une princesse s’y noya. Afin de ne voir aucun autre habitant vivre un tel chagrin, la mère endeuillée fit engloutir quelques cent arpents de bois comblant le trou d’eau funeste.

Plusieurs siècles s’écoulent. Le lieudit ‘la Mine’, accueille, outre le château et la ferme, une mine éphémère exploitant la lignite. Cette dernière est prélevée sur un gisement colossal de bois enfouis.

L’industrie dans la vallée

C’est donc en 1854 que commence l’exploitation sous l’impulsion du baron d’Eichtal, un homme d’argent et de grands projets, initiateur, notamment, des Caisses de retraite pour les travailleurs.

Ce Gilet jaune des temps anciens lance l’exploitation de la lignite pour alimenter la chaudière à vapeur qui éleve l’eau jusqu’au château, la serre et le potager situés à flanc de coteau.

Depuis 1954, la commune de Dixmont est propriétaire du site sur lequel se trouve l’ancienne cheminée, la maison en ruine du mécanicien, mais aussi un sequoia vigoureux veillant sur un défunt congénère telle la princesse sur son petit prince.

Cliquer sur ce  lien pour plus d’informations sur cette jolie vallée et son château à deux pas de l’Abbaye de l’Enfourchure

Pin It on Pinterest

Partagez sur
X